ô sommeil

ô sommeil qui me rompt

en amour avec mon encre

tu me prend en possession

mais je ne désire jeter l’ancre

laisse-moi donc à mon bon plaisir

même si le corps n’a ce souhait

il me faut écrire mes désirs

jusqu’à la fin de mon identité

ô sommeil je te prie

d’attendre mon épitaphe

ne m’ordonne pas le repos

je ne serai qu’en faire

sur mon tombeau tu vivras

croix de bois croix de fer

ô sommeil tu seras

mais aujourd’hui tu trépas.

Jazzy Jazz copyright

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s