lettre

Est-ce possible?

Est-ce imaginable?

Est-ce acte à prendre aux pieds des vers que votre témoignage à mon égards?

De part ce poème qui coule son encre.

Est-ce bien sur ma personne que s’ expriment ces rimes?

Que le sens des mots prennent valeurs à mon ouïe et que le papier crispe amoureusement.

Moi qui ne suffit à elle-même,

qui ne trouve goût au palais des glaces que son œil droit primitif,

qui considére son enveloppe comme un mur de béton armé froid et austère, qui couine sous le vent d’hiver ou brule sous vingt-cinq rayons,

en êtes vous certain?

Avez-vous prit degrés en chope avant de poser votre regard sur ma tierce?

Ou avez-vous piqué votre sève au risque de n’être vous même afin d’avoir courage et de me conter merveille mensongère?

En lisant ces douceurs je peux douter d’une frauduleuse,

mais comprenez moi,

vous prince des milles et une nuits tombant aux ballerines d’une quelconque,

cela fait tournoyer ma raison.

Vous dites de moi que je suis lisse comme l’eau qui dort sur le velours du pêché,

que ma pudeur est suspendue à votre organe premier,

cela le chatouille et lui offre passion,

que vous m’estimez dans ma démarche fleurie,

mon corps tangue tel du pollen dansant avec la brise du matin,

vous trouvez mes lignes porcelaines et ma chevelure gourmandise,

mes yeux vous font penser a des perles d’ivoire certies de fragments du plus bel azur marin,

vous appréciez mon teint sans fard ni rouge,

ce côté bohème dans mes jupes à fleurs voilant mes longueurs mystérieuses,

même si celles-ci s’imaginent très bien pour vous et,

que mon foulard assortis au port de tête en paille vous donnes envie de le dénouer pour sentir le naturel de mon parfum.

Comment est-ce possible?

Moi qui n’ai eu encore aucun amour, puis-je vous plaire de cette manière, moi qui me cache en ma verdure pour peindre mes rêveries et

jardine mon buffet en lisant Baudelaire.

Je ne suis pas de celle qui vous fera voyager à travers les follies de tout gens, l’extérieur en foulle ne me plait et vous en êtes surement résidant.

Votre allure vous doit milles amantes et votre français prouve un certain statut intellectuel.

Êtes-vous sur de m’aimer,

cette lettre m’est-elle réellement destinée?

En tout cas monsieur votre présente à bien était accusée,

ma réponse vous parviendra,

si tromperie il n’y a,

retrouvez moi ce vendredi à la falaise

j’y serait pour admirer le couché de soleil.

Jazzyjazz copyright

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s