Espoir

Vitrée ouverte

sur vitrée close,

rideaux ingénus

de quels vents se froisser

de quelles danses battre,

en dos de sa face

roulant plumeaux

et colline creuse,

*

matinale luisante

perturbatrice,

opposée diurne

synopsis futur

effet miroir

injure tactile

grisant le cube

et l’opaline,

*

linéaire aux doigts

horizon invisible

gravié en poche

caresse d’une main

croisière sensorielle

dernière bille

embrassant le sourire

ouvre la porte.

Jazzy Jazz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s