Nouvel an

Les gongs ont sonné,

Les jours ont pris vie,

Les feuilles ont fait leur danse,

Les prés ont pris troupeaux,

Le soleil a bien sué,

Les rues se sont réfléchies,

Tant de fois pourtant,

Sans que tu sois là.

Cette nuit, tu as désiré,

Mais elle n’a voulu te suivre,

Alors tu as jeté l’encre,

Qui t’a laissé tous ses coudes.

La conjonction n’a eu lieu,

Entre l’envie et la réalisation,

Pourtant ce n’était pas une faute,

Mais son expérience t’a dévalu.

La tête en osselets,

Tu fais bouillir l’interrogation,

Ces jours ne furent natifs,

Mais cela n’est pas un point,

Ceinture le sablier,

Au rythme de l’illusoire,

Prenant fraîches pousses,

Au grain qui prend sa route.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s